10/02/2013

Pycnogenol®

 0048.png 

 

 

Le Pycnogenol® est un extrait d’écorce de pin maritime des landes qui contient plus de 90% de proanthocyanidines, des composés d’une grande biodisponibilité qui traversent aisément la barrière hématoencéphalique et qui ont une forte affinité pour le collagène.

Une batterie d’études a permis de montrer que le Pycnogenol® est l’un des antioxydants les plus puissants qui existent. A l’université de Berkeley (Californie), le Pr. Lester Packer a montré que son activité antioxydante est vingt fois supérieure à celle de la vitamine C et cinquante fois supérieure à celle de la vitamine E. Le Pycnogenol® est si puissant qu’il recycle la vitamine C oxydée et protège la vitamine E de l’oxydation. Il stimule la production d’enzymes antioxydantes à l’intérieur même des cellules, renforçant ainsi leur première ligne de défense contre les radicaux libres. Dans une étude comparative, le Pycnogenol® s’est montré un antioxydant beaucoup plus actif que la coenzyme Q10, l’acide lipoïque et l’extrait de pépins de raisins. Une étude in vivo a montré une augmentation de 40% du pouvoir antioxydant dans le sang après trois semaines de supplémentation avec 150 mg par jour de Pycnogenol®.

Le Pycnogenol® protège l’organisme dans une variété de pathologies :

  • asthme : amélioration des capacités respiratoires des sujets traités et réduction significative des concentrations en leukotriènes responsables des conditions inflammatoires
  • lupus érythémateux disséminé : réduction significative du taux d’anticorps auto-immuns et réduction de l’agressivité des cellules immunitaires
  • réduction de 20% du cholestérol LDL et accroissement de 15% du HDL après 3 mois de supplémentation avec 120 mg quotidiens
  • rétinopathie diabétique : cinq études incluant plus de 1000 patients ont montré que le Pycnogenol® permet de réparer les capillaires perméables. L’évolution de la perte visuelle est stoppée et dans certains cas l’acuité visuelle s’améliore légèrement. Comme la plupart des diabétiques présente un risque élevé de développer une rétinopathie, la supplémentation préventive devrait commencer dès le diagnostic
  • hyperpigmentation : lors d’un essai clinique sur 30 femmes souffrant d’un excès de pigmentation, la pigmentation cutanée a été significativement éclaircie par le traitement au Pycnogenol® (75 mg/jour)
  • hypertension : la pression artérielle systolique été significativement diminuée par le traitement au Pycnogenol®
  • syndrome menstruel : des femmes souffrant de règles très douloureuses ont reçu 30 ou 60 mg de Pycnogenol® par jour pendant un mois, en commençant 1 semaine avant les règles : la majorité des femmes a ressenti une réduction significative des douleurs spasmodiques.
  • troubles de la circulation : le Pycnogenol® augmente la production d’oxyde nitrique et inhibe la constriction des artères induites par les hormones du stress. Le Pycnogenol® permet d’améliorer la circulation chez les sujets âgés. Le Pycnogenol® inhibe le radical superoxyde dans le flux sanguin, ce qui aide à maintenir le système circulatoire en bonne condition et protège les parois des vaisseaux. Les améliorations les plus importantes concernent la microcirculation périphérique (les mains, les pieds, les jambes et les yeux).
  • risque d’infarctus du myocarde et de crise cardiaque : le Pycnogenol® normalise l’activité des plaquettes sanguines responsables du développement de caillots après une lésion vasculaire mais contrairement à l’aspirine il n’interfère pas avec le processus de coagulation sanguine en cas de blessure.
  • endurance sportive : l’activité physique intensive augmente de 10 à 20% la production de radicaux libres dans l’organisme : le Pycnogenol® s’oppose à ces effets délétères et améliore la circulation sanguine, favorisant un apport optimal en nutriments et oxygène et aidant l’organisme à fonctionner en continu avec des performances optimales : les athlètes recevant le Pycnogenol® ont montré une augmentation de 21% de leur endurance, lors d’un exercice contrôlé sur tapis d’entraînement.
  • Cosmétique interne et vieillissement cutané : les constituants du Pycnogenol® ont une affinité spécifique pour le collagène et l’élastine ce qui inhibe leur dégradation par les enzymes lytiques et les radicaux libres et permet de garder une peau lisse et ferme. La prise de Pycnogenol® protège contre les coups de soleil : il a fallu une irradiation UV deux fois plus forte pour développer un érythème (rougeur) chez 21 volontaires sains supplémentés en Pycnogenol®.
  • Insuffisance veineuse : les femmes âgées sont particulièrement exposées à ce problème qui non traité peut entraîner ulcérations et nécroses. 15 études cliniques incluant plus de 500 patients ont montré que le Pycnogenol® réduit l’œdème, la douleur et les autres symptômes associés aux troubles veineux. Les études ont été menées avec des posologies allant de 30 à 360 mg par jour : les doses les plus élevées ont été dans certains cas efficaces dès 5 jours de traitement et les doses les plus faibles ont été utilisées pendant plusieurs mois. Il est donc recommandé de prendre une dose plus élevée en début de traitement puis de réduire la posologie une fois la maladie soulagée. En Suisse, le Pycnogenol® est enregistré comme médicament OTC dans l’indication insuffisance veineuse et amélioration de la circulation.
  • antioxydant,cholesterol,microcirculation,hypertension,veinesPagnier.jpg

16/01/2013

Resvératrol & OPC

FF11_resveratrol_opc_de_raisin.jpg

 

 

 

Le resvératrol est une molécule présente notamment dans la peau du raisin rouge et dans les racines d´une plante appelée Renouée du Japon (Polygonum cuspidatum).

 

 

 

 

Les OPC (de l´anglais «Oligomeric Proanthocynadins Complexes») sont des bioflavonoïdes, c´est-à-dire des substances anti-oxydantes produites par les végétaux. On les trouve notamment dans les pépins de raisin.

Ces deux actifs répondent à de nombreux dysfonctionnements, dont les problèmes cardio-vasculaires, les insuffisances veineuses (varices) et le cancer. Au plan veineux, l´action du resvératrol est connue grâce au «French paradox» : une alimentation riche en graisses suscitant toutefois moins d´accidents cardio-vasculaires qu´il n´y en a dans les pays anglo-saxons.

Le resvératrol inhibe en effet l´oxydation du LDL cholestérol ainsi que l´agrégation plaquettaire. Parallèlement, il réduit les taux de cholestérol et le niveau de triglycérides. Il induit enfin un effet vasodilatateur dans le système artériel.

Les OPC ont, quant à eux, de très fortes propriétés anti-oxydantes leur permettant de ralentir ou même de renverser les dommages de l'athérosclérose. Ils agissent aussi sur l´insuffisance veineuse qui provoque la formation de varices. Ils atténuent en effet l'inflammation des veines et la douleur qui en résulte, tout en favorisant également la vasodilatation. Sans faire disparaître les varices existantes, les OPC les soulagent néanmoins et peuvent aussi, évidemment, en prévenir l'apparition.

Concernant le cancer, on sait aujourd´hui que le resvératrol empêche la formation de cellules cancéreuses, arrête la prolifération des cellules malignes et agit comme un anti-inflammatoire. Cet antioxydant a aussi comme effet d'inhiber l'action de la protéine NK-kappa B, qui protège les cellules cancéreuses contre les thérapies visant à les détruire comme, par exemple, la chimiothérapie.

Enfin, le resvératrol se transformant au cours du transit intestinal en un composé dont la structure est similaire à celles des oestrogènes, il diminue l´incidence des cancers du sein ou de la prostate. Ce métabolisation spécifique du resvératrol permet, en outre, d´éviter les risques d´ostéoporose et de dépression au moment de la ménopause !

L´action du resvératrol s´étend à d´autres pathologies.Son efficacité a ainsi été montrée dans des la lutte contre l´extension du tissu fibreux qui suit l´infarctus du myocarde , dans le traitement de la grippe , et même dans le traitement de certaines maladies neurodégénératives .

 

veines,menopause,cancer,antioxydant,cholesterol,coeurPagnier.jpg

Écrit par Vitamines dans Phytonutriments | Tags : veines, menopause, cancer, antioxydant, cholesterol, coeur |  Facebook

22/05/2012

Anti-Glycation Formula

 

 

0604.png

La glycation est un phénomène qui consiste en une dénaturation des protéines. Il a été montré que ce phénomène contribue fortement à augmenter l’ensemble des processus qui régissent le vieillissement, tant au niveau physique qu’au niveau cellulaire. 

 

¤ La glycation des protéines, encore appelée « caramélisation », se traduit par la réaction d’un sucre avec une protéine. Ce phénomène engendre des protéines dites « glyquées » qui ne peuvent être ni détruites ni libérées par la cellule où elles vont s’accumuler. 

 

¤ Les conséquences peuvent être des lésions tissulaires, cellulaires et vasculaires, toutes marqueurs sélectifs du vieillissement. 

 

¤ En plus de consignes diététiques fondamentales, il est primordial d’apporter les éléments susceptibles de s’opposer à ces phénomènes. 

 

¤ C’est ce que réalise l’Anti-Glycation Formula. 

Ses composants : 

 

¤ La carnosine : Ce dipeptide combinaison de deux acides aminés (bêta alanine et L-histidine), est présent dans le cerveau, les muscles et autres tissus humains. Sa concentration doit être assez élevée pour s’opposer à sa destruction par l’enzyme carnosinase. 

 

¤ La benfotiamine : il s’agit d’un dérivé de la vitamine B1, encore appelée thiamine, qui est une forme bien mieux absorbée, car à la fois hydro et liposoluble, ce qui lui permet de traverser aisément les membranes cellulaires. 

• Très utile dans la neuropathie périphérique liée au diabète. 

• Elle contribue fortement à inhiber les AGE (Advanced Glycation End products) et protège efficacement le système oculaire, le système veineux et les vaisseaux sanguins, particulièrement vulnérables. 

 

¤ L’aminoguanidine : partage avec la carnosine, la benfotiamine et la pyridoxamine la propriété de s’opposer à la glycation. 

• Son action bénéfique sur la coagulation sanguine permet d’augmenter la densité du collagène dans les vaisseaux et ses propriétés équilibrantes sur le métabolisme des sucres et des lipides contribuent à en faire un élément des plus utiles. 

 

¤ La L-histidine : permet d’augmenter l’absorption de la carnosine et, s’opposant à l’action de la carnosinase, contribue à la protection des protéines cellulaires (veines, cerveau, peau, reins). 

 

¤ Le sodium R lipoate : forme naturelle de l’acide lipoïque, est un protecteur des anti-oxydants et des mitochondries. Il protège également les neurones en favorisant la production d’acétylcholine, un neuro-transmetteur majeur. 

 

¤ Feuilles de goyave (Psidium guajava) : inhibiteur de la formation des AGE, des LDL, de la glycation et du cholestérol. 

 

¤ Extrait des feuilles de maté : dont l’acide caféique permet d’inhiber jusqu’à 95 % des AGE. 

 

¤ La pyridoxamine : s’oppose à la formation de la plaque athéromateuse et prévient les dommages causés au DNA. 

 

¤ L’extrait de banaba (voir notre formulation Glucofit™) prévient la transformation en graisse du sucre stagnant dans les cellules. Son effet est rapporté à sa teneur en acide corosolique (1 %). L’ensemble des constituants de cette formule œuvre en synergie pour s’opposer aux effets indésirables de la glycation et les inhiber.

 

vieillissement,neurotransmetteurs,veines,peau,cerveau,reinsPanier.jpg