20/03/2015

SAMe

0396.png

 

 

 

La SAMe aussi efficace que les médicaments pour soigner la dépression, l’ostéo-arthrite et les maladies chroniques du foie  (1er novembre 2002)



A la demande du gouvernement américain, 16 chercheurs ont passé trois années à examiner 102 études cliniques consacrées à la SAMe et évaluant son efficacité dans le traitement de la dépression, de l’ostéo-arthrite et de pathologies chroniques hépatiques.

La SAMe (S-adénosyl méthionine) est prescrite par les médecins, en Europe, depuis près de trente ans et est disponible seulement depuis quelques années, aux Etats-Unis, comme supplément nutritionnel.
Un organisme jeune et en bonne santé produit toute la SAMe dont il a besoin à partir de deux acides aminés : la bétaïne et la méthionine. Cependant, avec les années, le corps semble moins capable de produire suffisamment de SAMe. Les niveaux de SAMe déclinent à cause du vieillissement mais aussi pour d’autres raisons. Par exemple, une déficience en méthionine, en vitamine B12 ou en acide folique peut avoir pour conséquence une diminution de la synthèse de SAMe. Chez les personnes âgées cela peut contribuer au développement d’arthrite, de dépressions ou de démence. Heureusement, ces perturbations peuvent souvent être atténuées en restaurant des niveaux de SAMe plus proches de ceux de la jeunesse avec un supplément nutritionnel.
Cent deux études passées au crible

L’objectif du rapport commandé par le gouvernement américain était d’effectuer une recherche dans les études publiées sur l’utilisation de la SAMe dans le traitement de l’ostéo-arthrite, de la dépression et des maladies du foie. Des recherches dans la littérature ont identifié 1 624 titres parmi lesquels 294 furent sélectionnés pour être passés en revue. Quatre-vingt-dix neuf articles représentant 102 études ont finalement été retenus. Sur ces 102 études, 47 étaient consacrées à la dépression, 14 à l’ostéo-arthrite et 41 aux maladies du foie.
SAMe et dépression

La SAMe est utilisée dans la formation des neurotransmetteurs, dans celle des phospholipides comme la phosphatidylcholine ou la phosphatidylsérine et de la mélatonine. Elle a également des effets bénéfiques sur les membranes neuronales. Elle augmente la fluidité des membranes cellulaires et améliore les neurotransmissions en augmentant le nombre de récepteurs de neurotransmetteurs disponibles.
    

Enfin, la SAMe améliore les liaisons des neurotransmetteurs aux sites récepteurs en augmentant l’activité de la sérotonine et de la dopamine.
Après avoir inventorié les 47 études concernant le traitement de la dépression, le rapport conclut qu’il n’y avait aucune différence statistiquement significative entre les résultats obtenus avec l’utilisation de médicaments antidépresseurs pharmacologiques conventionnels et ceux résultant d’un traitement avec de la SAMe.
Un médecin, le Dr Cass, commente ainsi ces résultats : « Ces nouvelles données suggèrent que la SAMe agit aussi efficacement que les prescriptions médicamenteuses mais sans leurs effets secondaires. »
« C’est une grande nouvelle pour les patients souffrant d’effets secondaires des traitements antidépresseurs comme les maux de tête, la prise de poids ou des dysfonctionnements érectiles. »


SAMe et santé des articulations

L’ostéo-arthrite est une dégénération du cartilage des articulations. Elle affecte principalement les articulations supportant le poids et est plus fréquente chez les personnes âgées. L’obésité, le stress mécanique et les mouvements répétitifs ainsi que des traumatismes importants comme des blessures provoquées par la pratique d’un sport sont des facteurs qui contribuent à son développement. L’ostéo-arthrite est responsable de douleurs dans les articulations qui limitent les déplacements et les mouvements et d’une perte de dextérité. Les symptômes de l’ostéo-arthrite apparaissent généralement à la cinquantaine et vers l’âge de 60 ans, la plupart des gens en souffrent à des degrés divers.

La médecine moderne traite l’ostéo-arthrite avec trois types de médicaments : les analgésiques comme les salicylates, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et les médicaments anti-inflammatoires stéroïdiens. Outre qu’ils provoquent des effets secondaires, pratiquement tous ces médicaments ont des effets destructeurs sur les cartilages recouvrant les os de l’articulation. Chaque classe de médicament contribue à la destruction de l’articulation par un mécanisme différent. A l’inverse, la SAMe protège et répare les articulations en augmentant le nombre des chondrocytes, les cellules du cartilage, en stimulant la synthèse des protéoglycanes par les condrocytes articulaires et en diminuant la perte de cartilages.
Après avoir examiné 14 études consacrées au traitement de l’ostéo-arthrite, l’équipe de chercheurs a conclut dans son rapport que la SAMe semblait avoir une action aussi efficace que celle des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens.
    
SAMe et maladies du foie

Dans le foie, la SAMe joue un rôle clé dans sa biochimie et effectue deux fonctions cruciales. Elle méthyle et forme dans le foie la plus essentielle des substances : le glutathion.
Le rapport commandé par le ministère de la santé américain a analysé plus de 40 études concernant des maladies du foie. Il conclut que la SAMe a un effet positif sur la cholestase intra-hépatique de la grossesse. Cette pathologie, causée par une élévation des taux de bilirubine dans le foie, se produit dans 1 grossesse sur 500 à 1 000.
Pour les maladies du foie autres que la cholestase, des essais complémentaires vont être réalisés.
(Source : Nutranews )

 

articulations,neurotransmetteurs,depression,foiePagnier.jpg

 

Écrit par Vitamines dans Acides aminés | Tags : articulations, neurotransmetteurs, depression, foie |  Facebook

17/11/2014

Super Boswellia

 

 0115.png

 

Ce nouvel extrait titré de la plante Boswellia serrata augmente sensiblement les effets anti-inflammatoires, pourtant importants, de notre précédent produit. Il permet une forte réduction des doses utiles, avec un potentiel d’activité élargi. 

¤ D’origine indienne, Boswellia serrata est un arbre de taille moyenne à grandes ramifications. Sa résine est utilisée traditionnellement en médecine ayurvédique comme antiarthritique et expectorant. 

 

¤ L’extrait standardisé de Boswellia serrata est principalement utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires, et donc antidouleur, qui le rendent particulièrement efficace au niveau des articulations dont la mobilité et la flexibilité sont réduites. Contrairement à ce qui survient pour la plupart des médicaments de cette classe, son utilisation, même prolongée, ne provoque pas d’effets secondaires au niveau digestif, préservant ainsi la muqueuse gastrique des ulcères. 

¤ La Boswellia, qui n’est pourtant pas un analgésique à proprement parler, va opérer de multiples façons pour soulager les douleurs :

- elle agit directement sur les molécules pro-inflammatoires qui sont la cause directe de la douleur ; 

- elle réduit le gonflement des articulations et la raideur matinale ; 

- elle accroît la mobilité en bloquant la synthèse des leucotriènes par la voie de l’enzyme 5-lipoxygénase (5-LOX).

¤ En effet, les leucotriènes sont des molécules impliquées dans de nombreuses maladies inflammatoires. Ils provoquent l’inflammation en accélérant le dommage oxydatif radicalaire, la dislocation du calcium et les réactions auto-immunes. Le nouvel extrait de boswellia AprèsFlex™ est standardisé en AKBA (3-0-Acetyl-11-Keto-beta-Boswellic Acid), l’acide boswellique le plus important pour la santé des articulations et les troubles inflammatoires. 

¤ L’AKBA est un puissant inhibiteur naturel des médiateurs de la douleur, dont la 5-LOX, mais également de la protéine activant la 5-LOX et du TNF-alpha, comme le démontrent plusieurs marqueurs sanguins. De plus, cette substance annihile l’activité de certaines métalloprotéases matricielles, et plus particulièrement l’activité de la MMP-3, protégeant ainsi les cartilages de la dégradation du collagène, un composant important des tissus conjonctifs. 

¤ De très nombreuses améliorations cliniques ont été répertoriées avec cet extrait breveté, développé dans un centre de recherche sur les extraits de plantes situé en Inde et reconnu par le ministère de la recherche scientifique indien. Dans la plupart de leurs études cliniques ont été notés : une absorption optimale, des délais d’action rapides, une excellente tolérance, une amélioration notable des paramètres de la douleur et des améliorations significatives dans le confort et la mobilité articulaires, durables dans le temps, comme le montrent les niveaux sanguins. 

¤ Dans une étude portant sur 175 patients alités, une amélioration – bonne ou excellente – des paramètres : raideur matinale, douleur et réalisation d’activités de routine, a été notée dans 67 % des cas. Les améliorations sont en général perçues assez rapidement, en moyenne après deux à quatre semaines de traitement. 

¤ Des résultats encore plus favorables sont notés lorsque la boswellia est combinée avec des extraits d’ashwagandha et de curcuma qui agissent également sur les paramètres inflammatoires à l’origine de la douleur (voir ces produits en rubrique Ayurveda). 

¤ D’autres études montrent une efficacité de la boswellia chez 70 % des patients atteints d’asthme bronchique, portant à la fois sur les symptômes et les paramètres biochimiques, ainsi que dans le traitement des inflammations chroniques de la muqueuse intestinale (syndrome du côlon irritable, maladie de Crohn). 

¤ Il convient de noter que les extraits non standardisés de boswellia sont peu diffusés dans le système sanguin ; d’où l’intérêt du nouvel extrait standardisé AprèsFlex™ qui est mieux absorbé (+ 52 %) que les autres extraits commercialisés à ce jour. 

Avec une posologie simple d’une gélule par vingt-quatre heures (et non six comme précédemment), une parfaite biodisponibilité et un spectre d’activité élargi, le nouvel extrait standardisé à 20 % d’AKBA Super Boswellia AprèsFlex™ est un antidouleur incontournable. 

 

anti-inflammatoire,articulationsPagnier.jpg

Écrit par Vitamines dans Ayurveda | Tags : anti-inflammatoire, articulations |  Facebook

12/08/2014

SAM-e

0396.png

 

 

 

 

La S-adénosyl-méthionine (SAM-e) est un composé naturellement présent dans l’organisme où elle favorise le processus de méthylation par lequel des groupes méthyle (un atome de carbone et trois d’hydrogène) sont transférés d’une molécule à une autre.

La méthylation est indispensable à de multiples processus enzymatiques et la SAM-e est le meilleur de tous les donneurs de méthyle.

De fait, la SAM-e a été soumise à des dizaines d’études cliniques incluant des milliers de patients. 
> la SAM-e intervient de manière critique dans la synthèse du tissu conjonctif, elle calme les douleurs articulaires, favorise la mobilité et protège le cartilage de la dégradation. En 2002, une agence gouvernementale américaine, l’Agency for Healthcare Research and Quality (AHRQ), a conclu que la SAM-e était 80 % plus efficace qu’un placebo pour soulager les douleurs associées à l’arthrose, et qu’elle était aussi efficace que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (NSAIDS) pour la traiter. Les NSAIDS sont associés à des effets secondaires sérieux alors que la SAM-e, elle, a des effets bénéfiques qui s’étendent à tout l’organisme. 
> La SAM-e soutient la synthèse hépatique du glutathion, un antioxydant essentiel. Elle stimule la détoxication du foie et sa régénération. Elle a été utilisée dans le traitement des cirrhoses et pour faciliter le sevrage de l’alcool et d’autres drogues. 
> La SAM-e permet de traiter naturellement des dépressions sans effet secondaire, mieux et plus vite qu’avec des antidépresseurs. La SAM-e accroît simultanément le niveau de plusieurs neurotransmetteurs déficients chez les patients traités pour dépression. 
> La méthylation favorisée par la SAM-e est un élément-clé du processus de production d’énergie et permet notamment le recyclage de l’adénosine triphosphate (ATP). 
> La SAM-e intervient positivement dans les mécanismes du vieillissement en protégeant l’acide désoxyribonucléique (ADN) de la déméthylation. 
> La SAM-e pourrait aussi prévenir le vieillissement cérébral : dans une étude animale récente, la SAM-e a accru de 50 % le niveau du glutathion dans le cerveau et de 98 % le niveau de ses métabolites enzymatiques. Elle décroît de 46 % un marqueur de l’activité radicalaire et, en culture, de 55 % la peroxydation des lipides. 
> La SAM-e est un nutriment puissant et pluripotent qui peut changer la vie de ses utilisateurs, mais seulement lorsqu’elle est prise en quantité adéquate et sous la forme appropriée. Nous avons introduit la SAM-e en Europe en 1998 et bien que son prix ait maintenant diminué de plus de 70 %, la SAM-e reste un nutriment coûteux. Il faut savoir en effet que : 
> La SAM-e est une molécule chirale qui existe sous deux formes : un isomère actif (S, S), et un isomère inactif (R, S). Toutes les SAM-e contiennent ces deux isomères en différents pourcentages. Notre SAM-e contient 70 à 80 % de la forme (S, S), ce qui est le niveau le plus élevé disponible pour un produit de cette qualité (qualité pharmaceutique). Certains produits (trop) bon marché n’en contiennent que 47 % ou moins. 
> La SAM-e est une molécule hautement réactive et par conséquent très fragile, qui se dégrade très rapidement sous l’effet de la chaleur, de l’humidité ou des acides gastriques. En fait, une SAM-e mal conditionnée se dégrade en quelques heures, résultant en une totale absence d’activité biologique. Pour préserver la SAM-e de la chaleur et de l’humidité, il est indispensable de conditionner chaque comprimé sous double blister aluminium. Pour la préserver des acides gastriques, elle doit être revêtue d’un pelliculage gastrorésistant : les études pharmacocinétiques montrent que cela résulte en des niveaux sériques maximaux. Un tel conditionnement a un coût élevé mais il est tout simplement indispensable. 
> Notre SAM-e est obtenue naturellement, par fermentation microbiologique et sans aucun solvant. Elle est spécialement conditionnée pour assurer une stabilité et une activité biologique optimales.

 

articulations,foie,depression,neurotransmetteursPanier.jpg 

 

Écrit par Vitamines dans Acides aminés | Tags : articulations, foie, depression, neurotransmetteurs |  Facebook