24/02/2013

Acide hyaluronique

HA05_acide_hyaluronique_issu_de_biotechnologie.jpg
 

 

L'acide hyaluronique est un composant omni-présent dans l’organisme, donc essentiel à la bonne santé de nombreux tissus de l’organisme tels que les tissus conjonctifs (cartilage ... valves cardiaques) ou épithéliaux (peau) ainsi que dans les fluides de l'oreille interne, l’humeur vitrée des yeux ou bien encore le liquide indispensable aux articulations (synovie).

Si les habitants du village de Yuzurihara au Japon (aussi connu sous le nom de “village de longue vie”) ont la plus longue espérance de vie connue à ce jour, c’est parce que leur organisme sait garder un taux constant d’acide hyaluronique au fil du temps (probablement du fait d’une alimentation très particulière). Or, habituellement, ce taux diminue dans l’organisme avec l’âge entraînant le vieillissement de la peau, des rhumatismes et autres problèmes articulaires, ainsi que des problèmes oculaires, comme la dégénérescence de la rétine.

Depuis quelques années, de nombreuses études montrent l’intérêt des compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique pour améliorer la santé de la peau. Cet effet leur a été expressément reconnu par l’instance américaine qui délivre les autorisations de mise sur le marché des compléments alimentaires (la FDA , équivalent de l’AFFSSA en France).

L’acide hyaluronique pourrait aussi avoir d’autres indications, plus exactement les mêmes que celles qu’on lui connaît en injection depuis longtemps : douleurs rhumatismales, arthrose du genou, voire polyarthrite rhumatoïde. De plus, comme le montrent de nouvelles recherches , il pourrait être utilisé en prévention du décollement de la rétine ou de la dégénération maculaire liée à l’âge. Ou tout simplement pour améliorer les problèmes de sécheresse oculaire.

Cet extrait de collagène peut aussi donner au produit une indication rhumatismale supplémentaire. Car le collagène joue un peu le rôle d’ une armature pour les tissus conjonctifs, leur permettant de bien résister aux tractions. Le sulfate de chondroïtine, un composant naturellement présent dans les cartilages, qui aide à bien les hydrater, inhibe l’enzyme responsable de leur dégradation (élastase) et limite les dommages dus aux radicaux libres. Il favorise en outre la synthèse de cartilage et fournit, avec le collagène et le sulfate de chondroïtine, les éléments essentiels à la reconstruction des articulations, ce qui est d’autant plus intéressant pour toutes les maladies du tissu conjonctif (ostéoarthrite, maladie dégénérative des articulations, maladies vasculaires).

 

peau,arthrose,rhumatismes,yeux,articulationsPagnier.jpg

Écrit par Vitamines | Tags : peau, arthrose, rhumatismes, yeux, articulations |  Facebook

5-HTP

0116.png

 

 

 

Le 5-HTP est un acide aminé que notre organisme produit à partir du tryptophane, un autre acide aminé présent dans les aliments protéinés (viande, volaille, poisson, produits laitiers, légumineuses et noix). Une fois absorbé, le 5-HTP se transforme en sérotonine, un neurotransmetteur qui remplit un rôle essentiel dans la régulation de l'humeur, de l'appétit et du sommeil.

Puisqu'il agit sur la production de sérotonine, plusieurs considèrent le 5-HTP comme une solution de rechange aux antidépresseurs comme le Prozac® et le Paxil® (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS). Par conséquent, on lui attribue les mêmes usages thérapeutiques pour traiter la dépression, la migraine et les maux de tête, la fibromyalgie, l'anxiété, l'obésité ainsi que divers problèmes neurologiques.

C'est du Griffonia simplicifolia, arbre d'origine africaine qu'on trouve surtout au Ghana et en Côte d'Ivoire, qu'on extrait généralement le 5-HTP, plus précisément de sa graine et qui en renferme de 3 % à 7 % (les capsules de Griffonia simplicifolia ont une odeur très désagréable). Il est également possible de le synthétiser en laboratoire, mais il semble que ce procédé soit encore trop coûteux. 

Source : Passeport Santé

 

 

cerveau,stress,depression,sommeil,serotoninePagnier.jpg

Écrit par Vitamines dans Neuronutrition | Tags : cerveau, stress, depression, sommeil, serotonine |  Facebook

10/02/2013

Pycnogenol®

 0048.png 

 

 

Le Pycnogenol® est un extrait d’écorce de pin maritime des landes qui contient plus de 90% de proanthocyanidines, des composés d’une grande biodisponibilité qui traversent aisément la barrière hématoencéphalique et qui ont une forte affinité pour le collagène.

Une batterie d’études a permis de montrer que le Pycnogenol® est l’un des antioxydants les plus puissants qui existent. A l’université de Berkeley (Californie), le Pr. Lester Packer a montré que son activité antioxydante est vingt fois supérieure à celle de la vitamine C et cinquante fois supérieure à celle de la vitamine E. Le Pycnogenol® est si puissant qu’il recycle la vitamine C oxydée et protège la vitamine E de l’oxydation. Il stimule la production d’enzymes antioxydantes à l’intérieur même des cellules, renforçant ainsi leur première ligne de défense contre les radicaux libres. Dans une étude comparative, le Pycnogenol® s’est montré un antioxydant beaucoup plus actif que la coenzyme Q10, l’acide lipoïque et l’extrait de pépins de raisins. Une étude in vivo a montré une augmentation de 40% du pouvoir antioxydant dans le sang après trois semaines de supplémentation avec 150 mg par jour de Pycnogenol®.

Le Pycnogenol® protège l’organisme dans une variété de pathologies :

  • asthme : amélioration des capacités respiratoires des sujets traités et réduction significative des concentrations en leukotriènes responsables des conditions inflammatoires
  • lupus érythémateux disséminé : réduction significative du taux d’anticorps auto-immuns et réduction de l’agressivité des cellules immunitaires
  • réduction de 20% du cholestérol LDL et accroissement de 15% du HDL après 3 mois de supplémentation avec 120 mg quotidiens
  • rétinopathie diabétique : cinq études incluant plus de 1000 patients ont montré que le Pycnogenol® permet de réparer les capillaires perméables. L’évolution de la perte visuelle est stoppée et dans certains cas l’acuité visuelle s’améliore légèrement. Comme la plupart des diabétiques présente un risque élevé de développer une rétinopathie, la supplémentation préventive devrait commencer dès le diagnostic
  • hyperpigmentation : lors d’un essai clinique sur 30 femmes souffrant d’un excès de pigmentation, la pigmentation cutanée a été significativement éclaircie par le traitement au Pycnogenol® (75 mg/jour)
  • hypertension : la pression artérielle systolique été significativement diminuée par le traitement au Pycnogenol®
  • syndrome menstruel : des femmes souffrant de règles très douloureuses ont reçu 30 ou 60 mg de Pycnogenol® par jour pendant un mois, en commençant 1 semaine avant les règles : la majorité des femmes a ressenti une réduction significative des douleurs spasmodiques.
  • troubles de la circulation : le Pycnogenol® augmente la production d’oxyde nitrique et inhibe la constriction des artères induites par les hormones du stress. Le Pycnogenol® permet d’améliorer la circulation chez les sujets âgés. Le Pycnogenol® inhibe le radical superoxyde dans le flux sanguin, ce qui aide à maintenir le système circulatoire en bonne condition et protège les parois des vaisseaux. Les améliorations les plus importantes concernent la microcirculation périphérique (les mains, les pieds, les jambes et les yeux).
  • risque d’infarctus du myocarde et de crise cardiaque : le Pycnogenol® normalise l’activité des plaquettes sanguines responsables du développement de caillots après une lésion vasculaire mais contrairement à l’aspirine il n’interfère pas avec le processus de coagulation sanguine en cas de blessure.
  • endurance sportive : l’activité physique intensive augmente de 10 à 20% la production de radicaux libres dans l’organisme : le Pycnogenol® s’oppose à ces effets délétères et améliore la circulation sanguine, favorisant un apport optimal en nutriments et oxygène et aidant l’organisme à fonctionner en continu avec des performances optimales : les athlètes recevant le Pycnogenol® ont montré une augmentation de 21% de leur endurance, lors d’un exercice contrôlé sur tapis d’entraînement.
  • Cosmétique interne et vieillissement cutané : les constituants du Pycnogenol® ont une affinité spécifique pour le collagène et l’élastine ce qui inhibe leur dégradation par les enzymes lytiques et les radicaux libres et permet de garder une peau lisse et ferme. La prise de Pycnogenol® protège contre les coups de soleil : il a fallu une irradiation UV deux fois plus forte pour développer un érythème (rougeur) chez 21 volontaires sains supplémentés en Pycnogenol®.
  • Insuffisance veineuse : les femmes âgées sont particulièrement exposées à ce problème qui non traité peut entraîner ulcérations et nécroses. 15 études cliniques incluant plus de 500 patients ont montré que le Pycnogenol® réduit l’œdème, la douleur et les autres symptômes associés aux troubles veineux. Les études ont été menées avec des posologies allant de 30 à 360 mg par jour : les doses les plus élevées ont été dans certains cas efficaces dès 5 jours de traitement et les doses les plus faibles ont été utilisées pendant plusieurs mois. Il est donc recommandé de prendre une dose plus élevée en début de traitement puis de réduire la posologie une fois la maladie soulagée. En Suisse, le Pycnogenol® est enregistré comme médicament OTC dans l’indication insuffisance veineuse et amélioration de la circulation.
  • antioxydant,cholesterol,microcirculation,hypertension,veinesPagnier.jpg