04/12/2011

Catalase

0615.png

 

 

 

La catalase existe chez la plupart des êtres vivants. 
Sa principale fonction consiste à transformer le peroxyde d’hydrogène ou « eau oxygénée » en une molécule d’eau et une molécule d’oxygène gazeux, selon la réaction : H2O2 = 2H2O + O2 
Le peroxyde d’hydrogène est un sous-produit de nombreuses réactions métaboliques que la cellule doit absolument éliminer dès qu’il se forme. Son accumulation serait mortelle sans l’intervention de la catalase. 


¤ La catalase est une grosse protéine formée de quatre chaînes identiques d’acides aminés (il y en a plus de cinq cents) ; chaque chaîne est associée à un groupement chimique que l’on nomme « hème ». Cet « hème » est une molécule organique renfermant un atome de fer. 

¤ La catalase se rencontre chez tous les organismes aérobies, et plus particulièrement dans le navet, dans la plupart des racines de plantes, dans la levure, ainsi que dans le foie des animaux. 

¤ Jusqu’à ce jour, son usage classique était principalement réservé à la bactériologie pour identifier les bactéries par la mise en contact avec de l’eau oxygénée. Celle-ci produisait une effervescence due à un dégagement de dioxygène signant la présence d’une catalase. 

¤ Au cours de ces dernières années, d’importants travaux sur la catalase ont vu le jour et ont permis d’enrichir le champ de ses applications. 

¤ En particulier, grâce à son pouvoir manifeste de s’opposer à des réactions d’oxydation, qu’on peut illustrer en les comparant en image à celles de la rouille des métaux. C’est ce même phénomène qu’il faut éviter en utilisant la catalase pour que la membrane cellulaire et son ADN puissent êtres protégés. 

¤ L’expérimentation a été menée par des chercheurs de l’École de médecine de Washington qui ont soumis des souris génétiquement modifiées pour produire un surplus de catalase dans des endroits ciblés et spécifiques du corps, comme les cellules cytoplasmiques (le noyau nucléique où est stocké l’ADN). D'autres expériences, conduites avec certaines variétés de plantes, ont donné des résultats reproductibles au niveau des cellules mitochondriales.

¤ Les résultats ont montré à chaque fois que ces souris « enrichies » en catalase présentaient une longévité augmentée de 20 % en moyenne, alors que celles possédant des taux normaux de catalase dans le noyau nucléique ou le cytoplasme n’ont pas manifesté de changement notable de leur durée de vie. 

¤ D’autres études ont mis en évidence qu’un apport supplémentaire de catalase protégeait et renforçait le muscle cardiaque des sujets âgés. La catalase est également utilisée pour ralentir ou inverser le processus du blanchiment prématuré de la chevelure ou du système pileux, phénomène par lequel l’eau oxygénée ainsi que son potentiel oxydatif se trouvent neutralisés (voir Grey Hair Formula). 

¤ Il est probable que d’autres études viendront enrichir et élargir son domaine d’application. 

¤ Il semble dès à présent opportun de l’inclure dans un programme anti-âge, compte tenu de sa polyvalence et de son absence de toxicité.

 

anti-âgePanier.jpg

Écrit par Vitamines dans Enzymes | Tags : anti-âge |  Facebook

Les commentaires sont fermés.