14/10/2011

Bacopa monnieri

0343.png
 

 

 

Bacopa monnieri est un tonique ayurvédique réputé (nommé "Brahmi" en référence au Dieu créateur du panthéon hindouiste, Brahma) dont l’usage remonte à plus de 3.000 ans et dont l’activité démontrée a notamment fait l’objet d’une étude d’une durée de 30 ans. Les sujets traités améliorent acquisition et rétention mémorielles et font preuve d’une rapidité de réaction supérieure. L’ancien premier ministre indien Inder K. Gujral et le grand maître d’échecs Vishwanathan Anand sont des utilisateurs prosélytes de bacopa.

  • La bacopa améliore de manière significative la capacité d’apprentissage. Les enfants supplémentés en bacopa font preuve d’une rapidité et d’une précision supérieures. De manière étonnante, ils font aussi preuve d’une curiosité intellectuelle supérieure et optent préférentiellement pour les nouvelles expériences plutôt que pour les révisions.
  • La bacopa agit rapidement (les premières améliorations cognitives sont observées dès 90 minutes après l’ingestion) et a permis de réduire de 10 à 6 jours le temps nécessaire à l’apprentissage d’une tâche complexe.
  • La bacopa agit en accroissant la synthèse protéique dans l’hippocampe, une région du cerveau instrumentale dans la mémorisation à long terme, et cela de manière dose dépendante. Selon le prix Nobel Dr Robert Furchgott, la Bacopa agit en accroissant la production de monoxyde d’azote (NO) un messager chimique d’une importance essentielle.
  • Dans des conditions de stress associé à la privation de sommeil, l’administration de bacopa permet de réduire les concentrations de glutamate et d’accroître celles de GABA dans différentes zones cérébrales. Les niveaux d’anxiété sont réduits d’environ 20% et la fatigue mentale est diminuée. Les niveaux de sérotonine (un neuromédiateur inhibiteur) sont accrus.
  • Dans une étude sur 19 enfants hyperactifs, des résultats positifs ont été démontrés chez tous les sujets après 4 semaines, avec une notable absence d’effets secondaires.
  • Selon Sharma et al. l’administration de Bacopa permet d’améliorer l’intelligence et des fonctions intellectuelles qui semblent pourtant être essentiellement déterminées par le génotype. Cette conclusion s’appuie sur plusieurs études et le fait que la bacopa permette d’influencer les fonctions psycho neurologiques associées au comportement intellectuel ouvre des perspectives réellement passionnantes.
  • Enfin, d’autres résultats suggèrent que la bacopa possède des propriétés antioxydantes significatives, qu’elle est efficace dans le syndrome du côlon irritable et qu’elle réduit légèrement l’hypertension tout en améliorant la fonction respiratoire dans les situations de stress.
  • tonus,memoire,stress,cerveauPagnier.jpg

Écrit par Vitamines dans Ayurveda | Tags : tonus, memoire, stress, cerveau |  Facebook

Phosphatidylserine

 

0075.png

 

 

La Phosphatidylsérine (PS) est un composant lipidique essentiel des membranes cellulaires cérébrales. Le vieillissement, le stress et l'oxydation altèrent ces membranes délicates. Cette altération, associée au vieillissement, entraîne une dégradation des capacités cognitives et de la mémoire. Les mécanismes par lesquels la PS agit sont variés :

* elle aide à maintenir les membranes cellulaires flexibles et perméables

* elle contribue à accroître le nombre de sites récepteurs des neurotransmetteurs.

* elle favorise la production d'acétylcholine et de dopamine

* elle aide à restaurer la plasticité des synapses

* elle améliore le métabolisme cérébral du glucose. Des études récentes démontrent que la supplémentation en PS permet de prévenir et même d'enrayer cette dégradation.

Une des études les plus importantes a été réalisée sous la direction du Docteur T. Crook du "Memory Assessment Clinic" de Bethseda, Maryland. Cette étude multicentres en double aveugle a été menée simultanément à Vanderbilt University, Stanford University School of Medicine et en Italie. Dans cette étude, 149 patients âgés de 50 à 75 ans ont reçu pendant 12 semaines soit 100 mg de PS 3 fois par jour, soit un placébo. Au bout de trois semaines, les patients supplémentés ont réalisé des progrès importants sur trois variables essentielles : mémoire des noms et visages, apprentissage de nouveaux noms et visages et reconnaissance visuelle. Les progrès étaient d'autant plus significatifs que la situation de départ était dégradée. De plus, d'autres améliorations ont été notées meilleure capacité à mémoriser les numéros de téléphone et l'emplacement de certains objets, davantage de concentration pour la lecture et la conversation. Certains de ces progrès ont persisté jusqu'à quatre semaines après l'arrêt de la supplémentation, suggérant ainsi une contribution de fond de la PS au traitement des déficiences cognitives. Sur la base des améliorations obtenues, le Dr Crook calcula que "l'horloge cognitive" des participants avait été ramenée en arrière de 12 ans, un effet d'une magnitude réellement significative.

Plusieurs autres études ont abouti à la même conclusion : les suppléments de PS peuvent améliorer l'apprentissage, la mémorisation, les capacités cognitives, la concentration et d'autres fonctions cérébrales.

 

neurotransmetteurs,cerveau,memoire,apprentissage,concentrationPagnier.jpg

08/10/2011

Cordyceps sinensis cs4

  

0418.png

 

 

 Le Cordyceps sinensis a connu son heure de gloire aux championnats du monde d’athlétisme qui ont vu les athlètes féminines chinoises remporter la quasi-totalité des épreuves d’endurance et battre plusieurs records. Leur entraîneur attribua ce succès « à beaucoup d’entraînement et à un régime particulièrement riche en Cordyceps ».

D’après le magazine Tracks & Field News : « les athlètes chinois ont réalisé le plus grand bond en avant de l’histoire des performances humaines.» Pendant plus d’un millier d’années, le Cordyceps sinensis, ou Cordyceps chinois, a été « l’aliment tonique » le plus prisé d’Asie et, plus particulièrement, de Chine. À la fin des années 1970, l’Institut des matières médicales de Beijing a débuté un programme de recherches de 10 ans sur le Cordyceps sinensis.

La principale variété de ce champignon est le Paecilomyces hepiali Chen (Cs-4). En 1985, l’Institut des matières médicales développe une méthode de fermentation pour produire industriellement Cordyceps Cs-4. En 1987, c’est le premier traitement traditionnel de classe 1 approuvé par le ministère chinois de la Santé.

1 800 patients avec différentes maladies ont été enrôlés dans des essais cliniques en Chine qui ont montré que Cordyceps Cs-4 :

* renforce l’endurance et améliore la qualité de vie :

* stimule la force physique et l’endurance de patients souffrant de maladies respiratoires ou cardio-vasculaires,

* réduit les dommages oxydatifs en piégeant les radicaux libres oxygénés

* augmente les niveaux d’ATP intracellulaire et l’utilisation de l’oxygène 

* favorise une fonction pulmonaire saine 

* soulage les symptômes de patients souffrant de maladies respiratoires et, en particulier, les asthmatiques 

* améliore la tolérance au froid (66 patients âgés) 

* améliore l’état de patients fatigués (117 patients) 

* augmente les niveaux de SOD (37 patients) 

* augmente la capacité aérobie de patients âgés en bonne santé (30 sujets).

 

tonus,antioxydant,respiration,endurance,sportPagnier.jpg

Écrit par Vitamines dans Adaptogènes | Tags : tonus, antioxydant, respiration, endurance, sport |  Facebook